jeudi 20 novembre 2014

Retrouver un extrait du concert du Duo Tête @ Tête

Suite au concert du Duo Tête @ Tête samedi 8 novembre 2014 à La Tour Saint-Jean, retrouver un extrait en suivant ce lien : 



"TÊTE @ TÊTE est un groupe né en 2006 d'une belle rencontre musicale entre un Facteur d'orgues et une Avocate .
Ce groupe se décline en duo, trio ou quartet, le 8 novembre ce sera la formule Duo pour vous servir !

Ce duo vous propose d'embarquer pour un voyage, en plusieurs sets, à travers le Brésil, la France, les États-Unis, avec escale prévue au Cap Vert.

TÊTE @ TÊTE explore et réinterprète de manière intimiste et chaleureuse un répertoire  bossa-jazz, chansons, avec quelques clins d’œil au swing, haut en couleurs.

Actuellement composé de : 
Patricia LABUSSIERE, à la voix latine-jazz, auteur, compositeur Sacem et interprète, co-fondatrice de TÊTE @ TÊTE 
Et de : Rômulo GONçALVES, au jeu de guitare ciselé, auteur-compositeur brésilien, venant de sortir son album "Braise Ocre", dont la voix se pose "saudade" sur la musique.

Pour partager avec VOUS ce voyage intimiste et chaleureux et régaler vos ... imaginaires !
Après bien des périples géographiques, de riches rencontres humaines, des expériences musicales et des cursus différents, ces interprètes ont posé leurs notes en CHARENTE, ils y travaillent également leurs propres compositions, dans la même mouvance musicale que celle qu'ils affectionnent .


Vous pouvez les retrouver sur leurs pages :

Quelques morceaux et les vidéos du groupe sur :

Le teaser du duo actuel : 

Leur actualité via SoundCloud sur : 

Le son de chacune des formations TÊTE @ TÊTE (duo, trio, quartet) sur : https://soundcloud.com/search?     

mercredi 19 novembre 2014

Clôture en musique de la saison culturelle 2014 à La Tour Saint-Jean, dimanche 23 Novembre 2014

Le dimanche après-midi à partir de 16h30, laissez tomber la télé et venez avec nous à la Tour Saint-Jean à Marthon pour participer au décrochage de l'exposition de Michel Lacoste.

Patrick Maindron, en quelques mots, prononcera la clôture de la saison culturelle 2014, les temps forts de l'année ainsi que les projets 2015.

Suivra ensuite un cocktail musical avec Félix Labetoule (Clavier et Accordéon) .

On pourra même danser ! Ces moments de convivialité sont recommandés par le corps médical ! Allez on compte sur vous !


Adresse :
La Tour Saint Jean
Rue Saint Jean
16 380 Marthon


Renseignements au 06 75 05 89 34 

Nous espérons vous voir nombreux,

La Tour Saint Jean

dimanche 16 novembre 2014

Lucien Clergue au Musée d'Angoulême

Mort de Lucien Clergue, fondateur des Rencontres d’Arles

A Arles, le photographe Lucien Clergue a sa statue, et son personnage est même devenu un petit santon que les touristes de passage peuvent acheter. Le papi à la barbe blanche et aux discours teintés d'accent provençal, qui aimait raconter ses souvenirs avec son ami Picasso sans jamais se lasser, est la figure tutélaire des Rencontres d'Arles.

Figure majeure de la photographie en France, il est mort à 80 ans , soit dix jours après son grand ami, le guitariste gitan Manitas de Plata, dont il a lancé la carrière internationale en jouant les intermédiaires avec des producteurs américains.

Cet Arlésien pur jus, issu d'un milieu modeste et qui rêve d'abord de devenir violoniste, photographie des cadavres d'oiseaux sur les berges du Rhône. Il montre ses images, au culot, à Picasso, il n'a pas 20 ans. C'est le début d'une longue amitié et d'une belle carrière de photographe.

Ses images de taureaux morts (ses « charognes ») ou de débris sur la plage, ses nus particulièrement osés pour l'époque – il en tirera un livre célèbre, Née de la vague (1965), le rendent rapidement célèbre. Son premier livre, Corps mémorable (1957), accompagné de poèmes de Paul Eluard, d'une introduction de Jean Cocteau, et orné d'une couverture de Picasso, est un succès.
Exposé au MoMa en 1961

Sa réputation va bien au-delà des frontières : il est l'un des rarrissimes français à bénéficier d'une exposition au MoMA de New York. En 1961, le directeur du département de photographie Edward Steichen l'expose et lui achète une dizaine de photographies.

Lucien Clergue deviendra, toute sa vie, un activiste de la photographie, qu'il tente de promouvoir comme un art – une notion moquée à l'époque. C''est lui qui propose à Jean-Maurice Rouquette, conservateur du musée Réattu à Arles, de créer un département de photographie, une première en France, nourrie des dons de tous les photographes de l'époque.


Mais sa plus grande œuvre reste sans aucun doute les Rencontres d'Arles, qu'il crée en 1969 avec l'écrivain Michel Tournier et Jean-Maurice Rouquette : il transforme le festival local, dédié au départ à la musique, en des rencontres autour de la photographie et des expositions d’images dans la ville, et bientôt dans les églises. Il fait venir toutes les grandes figures de l'époque, amis et relations, venus de partout comme Ansel Adams, qui organisent des conférences et des stages pratiques sur place.

L'Arlésien donne ainsi un coup de fouet décisif à la diffusion de la culture photographique en France. Le festival, d’abord rendez-vous à la bonne franquette de copains et d'amateurs, deviendra au fil des ans une manifestation incontournable, une référence mille fois copiée à travers le monde. En 2014, le festival avait rendu hommage par une grande exposition à son fondateur à l'énergie inépuisable.

Claire Guillot
www.lemonde.fr




Lucien Clergue au Musée d'Angoulême

A l’occasion de la seconde édition de « Emoi photographique », Peggy Allaire a invité Lucien Clergue pour une conférence d’une heure trente à parler de ses rencontres et de ses passion.